top of page

Et si je vous parlais de mon activité de lectrice-correctrice ?





J’ai compris que le métier changeait. 

Pendant la formation, j’ai adoré retravailler la grammaire et la réécriture, découvrir l’orthotypographie et j’ai apprécié cet enseignement qui nous proposait des corrections, dans des domaines différents. Aujourd’hui, une relecture me demande plus de temps qu’à la moyenne des correcteurs expérimentés. Pour rappel, nous vérifions la cohérence de l’écrit et les informations factuelles. Viennent ensuite l’orthographe et la grammaire, la syntaxe. Le plus long reste pour moi la ponctuation, la typographie et la mise en page.

J’aime aussi la réécriture, lorsqu’elle est nécessaire ; je veille à l’adapter au contexte.


Aujourd’hui, je peux intervenir également pour des ouvrages professionnels. 


Avant de relire des nouvelles et des biographies, j’ai travaillé dans d’autres domaines : la psychologie sociale et du travail, la formation, le développement personnel, le bien-être au travail, l’accompagnement.

Dernièrement, j’ai relu un site internet et deux séries de courriels. 


Quand j’ai obtenu le titre de lectrice-correctrice, j’ai été admise dans deux forums de pros.


Là, des hommes et des femmes posaient des questions. Des experts nous renseignaient. Grâce à eux, j’ai découvert d’autres outils que ceux que j’avais appris à utiliser (chaque école se démarque plus ou moins, ensuite nous nous adaptons à nos clients). J’ai pu les consulter avant de rédiger un devis pour une prestation différente de celles que j’effectuais au début de mon activité.


Une reconversion n’arrive pas par hasard et aujourd’hui, je partage leur point de vue.


J’exerce dans les domaines que je connais et je pratique les tarifs de la profession. Il me faudra encore quelques années avant de procéder aussi rapidement qu’eux. 

Le coût d’une prestation se calcule sur la base du nombre de signes espaces comprises. On opère ainsi parce qu’il se passe des tas de choses dans ces blancs, ces espaces obtenus autrefois en employant une petite lame de métal.

C’est un métier où la concurrence est très présente et où des personnes non formées proposent souvent leurs services, à des prix moindres.

Ce n’est pas une raison pour accepter n’importe quoi, en rajouter à la concurrence déloyale.



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un livre

Comments


Capture d’écran 2023-02-25 à 16.18.30.png
bottom of page