Vous aimez la création

Dernière mise à jour : 11 sept.

Voici une adresse cœur de la belle Provence Verte !


Lundi, je suis passée à la boutique du potier. Sur Internet, il est question de pièces uniques « en grès et porcelaine tout en douceur et légèreté pour émerveiller votre quotidien ». Deux vacancières franchissaient le seuil de la boutique, sur la pointe des pieds, à la découverte de deux univers. Le choix était délicat. Elles posaient des questions. L'artiste leur répondait, dévoilant quelques étapes de la création, dans une langue différente de la mienne. Je compris que l'artiste explorait les choses depuis sa plus tendre enfance. Patricia voulut bien m'en dire plus.


Adolescente, Patricia Vidmer a choisi l'option styliste et ne semble pas avoir été emballée. Elle a retenté une expérience, à mie-vie en fréquentant l'Académie de Boitsfort, monde de l'imaginaire et de la créativité. Aujourd'hui, rompue aux marchés et aux salons, elle ouvre parfois son atelier, près de Bruxelles.

« Depuis le tout tout début, les premières pièces », toujours Patricia travaille le rond. Du rond au cercle, première plénitude, il n'y a pas loin. Or, à mes yeux, pas la moindre trace de tournage dans le travail de Patricia Widmer.

L'artiste apprécie le côté sensuel de la terre sigillée, ces couleurs uniques apportées par l'enfumage, une technique qui permet de teinter les pièces et produit des effets décoratifs. Elle se rend chez Dalloun. L'homme est connu pour ses cueillettes de terre, ses cuissons à basse température, son travail de finition des bols. « C'est chaque fois une surprise, ce qui dans un premier temps peut être très frustrant ; on apprend à prendre ce qui vient. Une pièce peut toujours être reprise, il persistera une inconnue. »

Plus tard, elle décide de créer sa propre vaisselle, envisage d'autres techniques. Elle ne veut pas tester ses émaux sur des bols tournés, se tourne vers le coulage, s'en va chez Paolo Lori apprendre à réaliser des moules en plâtre. Elle choisit la porcelaine blanche. Puis, au cours des saisons, Patricia va habiller sa porcelaine de couleur. « Ce qui est tellement chouette, c'est l'infini. » Et d'avouer que « cela ressemble parfois à un véritable terrain de jeu avec les copines de l'Académie ». Car Patricia Widmer trouve encore le temps pour croiser d'autres personnes, leurs idées, leurs attentes.


À l'automne dernier, elle rêvait de soleil, s'interrogeait : « S'imaginer travailler dans un lieu où l'on passe les vacances, c'est un peu bizarre. » Elle songeait au marché du mardi matin, à Cotignac. En juin, le potier de la rue des Deux-Places a pris la mer. Il lui a proposé de partager sa boutique. Dans une véritable cuisine provençale, équipée d'une pile et de potagers, Patricia a déposé quelques éléments de son atelier, garni les étagères de boules, de bols et de vaisselle. Le mardi matin, elle dresse une table sur le marché, près de la grande fontaine. Ensuite, l'artiste est secrète. Elle va retrouver son rythme et cela nous promet encore de belles découvertes.



Patricia Widmer chez Nickb

Deux univers à découvrir,

Lundi, vendredi,

samedi et dimanche,

de 10 h 30 à 13 h 00.

8, rue des Deux-Places.

Marché du mardi.

Cotignac.

patriciawidmer.com


https://www.facebook.com/patriciawidmerceramiste/

https://www.instagram.com/patriciawidmerceramiste/




13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

À la découverte des rubans de céramique de l’atelier de Joëlle Svanet L'été dernier, le Musée de la faïence de Moustiers-Sainte-Marie présentait quelques pièces de l’artiste. Sur les murs se reflétait